Quel est le taux d’emprunt immobilier que vous pouvez espérer en 2023 ? 

Taux d’emprunt immobilier 2023 : que nous réserve la nouvelle année ?

L’année 2022 a été caractérisée par une montée en flèche des taux d’intérêt. Cela a eu pour effet de mettre en avant le mauvais fonctionnement des taux d’usure. Ainsi, on constate que les refus de prêts immobiliers ne cessent de se multiplier. Quel taux d’emprunt immobilier faut-il prévoir pour l’année 2023 ?

Des taux de crédit encore plus élevés en 2023 

De l’année 2021 à l’année 2022, les conditions liées aux prêts immobiliers ont connu un changement significatif, quelle que soit la banque contactée. Le taux moyen sur 20 ans qui était de 1 % en fin 2021 sans compter les coûts des sûretés et l’assurance emprunteur a augmenté de 2 % et est en fin d’année 2022, on est à 2,50 %. Depuis février 2022, les taux ont connu une hausse rapide et constante que le déclenchement de la guerre en Ukraine a aussi optimisé.

Pour le premier trimestre de l’année 2023, les taux sont estimés autour de 3 %. Il est prévu qu’ils se stabilisent ensuite au printemps à 3,50 %. Cette évolution des taux qu’on peut qualifier de brutale est due à plusieurs facteurs que sont :

  • l’environnement financier dégradé ;
  • l’inflation ;
  • la peine des acteurs financiers de détails à réaliser des profits.

Par ailleurs, la récurrence du taux de crédit n’est pas constante au cours de l’année. Cela est dû à un facteur de saisonnalité. En effet, certaines saisons sont plus propices à la demande de prêt comparé à d’autres. En hiver par exemple, avec l’augmentation des coûts de l’énergie, investir dans l’immobilier n’apparaît pas comme la solution la plus indiquée. Ceci, qu’il soit question d’un investissement dans le locatif ou une accession. 

Taux d'emprunt immobilier 2023

Aucune réforme appliquée sur l’usure en 2023

Si les banques en ligne et physiques sont en difficulté pour octroyer des prêts aux emprunteurs, cela est surtout dû aux taux d’usure qui est le principal facteur qui entrave l’accès au crédit immobilier. En effet, le taux d’usure ne parvient pas à s’adapter aux réalités du terrain parce qu’il est calculé de façon trimestrielle.

Les taux d’intérêt étant très volatiles en 2022, l’usure se révèle obsolète à chaque trimestre. Cela a pour effet de limiter l’accès au crédit immobilier, en particulier pour certains ménages. En effet, pour la plupart, les banques en ligne ayant offert des crédits en fin d’année 2022 n’ont pas donné leur chance aux ménages ayant des revenus de moins de 5000 euros par mois.

Toutefois, une révision des taux d’usure est prévue pour le 1er janvier 2023. Cela pourrait donner plus de chances aux dossiers de prêt immobilier en attente qui pourraient avoir une issue favorable.

Un apport personnel d’autant plus important

L’exclusion du crédit sans apport personnel est un autre des effets de la hausse des taux de crédit en 2022. Le courtier In & Fi Crédits affirme qu’un primo-accédant pouvant débourser 29 600 euros pour un apport moyen en début de l’année 2022, aurait atteint 38 600 euros en novembre 2022. Cela correspond à une augmentation de 30 %.

L’achat d’un logement en 2023 sera véritablement complexe. Vous devrez faire face à de nombreux défis tels que la hausse constante des prix des biens immobiliers.